img1Dans toutes les conférences, formations, rencontres autour de la recherche de mandat par les administrateurs indépendants, les intervenants parlent de coaching, de mentoring et de sponsoring. Certaines formations pour les futurs administrateurs indépendants prévoient un mentoring des candidats par des administrateurs en poste.

Alors comment s’y retrouver et quel accompagnement organiser pour mettre toutes les chances de son côté ? D’autant plus que ces trois types d’accompagnement sont souvent confondus dans l’esprit des personnes et chacun a son utilité en fonction du contexte dans lequel il est utilisé.

 

Nous allons essayer d’y voir un peu plus clair dans tous ces accompagnements et vous dire lequel utiliser en fonction de quel objectif, sachant que :

  • « Le coach vous parle »
  • « Le mentor parle avec vous »
  • « Le sponsor parle de vous »

1. Le coaching

Les entreprises l’utilisent encore peu en France, pas toujours pour les bonnes raisons (avant un licenciement parfois). Il est très apprécié à l’étranger, notamment dans les pays de langue anglaise, et facilite la prise de fonction dans certaines situations. Il intervient sur le développement des individus.

Il faut faire la différence entre deux formes de coaching :

Le life coaching,

Il est pratiqué par des personnes expertes, qui jouent plus un rôle de consultant, entraineur et donnent des solutions dans des moments particuliers de la vie : look, sportif… Il est peu utile dans la recherche de mandat et dans le business en général sauf sur des thématiques spécifiques comme le travail sur le look.

Le business coaching,

Les coachs, formés ou ayant de l’expérience dans le développement professionnel et souvent ex-manager dans l’entreprise, accompagnent des personnes qui ont des difficultés dans le management, dans le relationnel, qui se posent des questions et qui veulent développer une attitude adaptée à leur contexte. Le coaching concerne plus spécifiquement vos projets court terme. Il est fonctionnel, orienté résultats, il aide à identifier et à atteindre vos objectifs :améliorer son leadership, développer ses performances, changer certains comportement et attitudes, mieux s’organiser, découvrir ses forces, apprendre à apprendre…

Prendre un coach nécessite un paiement (comme pour les psy !). Ils ne sont pas experts du métier ou de la fonction, leur rôle est de faire réfléchir la personne en posant les bonnes questions pour lui faire trouver sa solution. Ils peuvent parfois proposer des pistes de solution, c’est le « coaché » qui prend toujours la décision de faire ou pas avec la méthode qu’il souhaite.

Il faut en rencontrer 2 ou 3 avant de choisir celui ou celle avec laquelle vous avez le plus de fit.

Dans la recherche de mandat, le coaching peut être extrêmement utile pour se préparer à avoir un entretien avec un président et son conseil d’administration avant d’y être acceptée, puis pour travailler sa posture d’administrateur une fois intégrée dans le conseil d’administration comme administrateur indépendant.

Même si vous n’obtenez pas le mandat, cette démarche pourra toujours être un atout important dans les circonstances de la vie professionnelle. Le prix varie de 150 euros de l’heure (en démarche individuelle) à 800 euros de l’heure (quand il est financé par l’entreprise).

2. Le mentoring

Il est très à la mode dans les entreprises. Quelle entreprise importante n’a pas son réseau de mentoring interne ?

Ses objectifs sont très larges, le plus souvent sur des projets moyens et longs termes comme des changements de carrière, des changements de métiers, des créations d’entreprise, l’organisation de son temps, les pratiques multiculturelles, le sens politique, le retour à la vie active, mieux utiliser les réseaux… C’est un travail collectif pour développer les capacités du « mentoré », une relation sur un projet long terme et aussi un mélange de modélisation, d’apprentissage et d’encouragements. Il s’agit ici d’un transfert de connaissances et de compétences.

Dans certaines entreprises, les mentors sont proposés aux nouveaux entrants à haut potentiel pour les aiguiller dans l’entreprise et les fidéliser, leur faciliter l’accès aux fonctions plus hautes, pour réussir leur intégration…

Le mentor est un bénévole qui a vécu l’expérience recherchée par le « mentee » (ou mentoré), et qui accepte d’échanger, de partager, de faire des feed back en fonction de son expérience. Il réagit, peut proposer des solutions, il évite à la personne mentorée de redécouvrir le monde et il lui évite surtout des erreurs et donc lui permet de gagner du temps.

Le Mentor

  • a plus d’expérience
  • partage son expérience, ses connaissances et ses solutions
  • recommande des actions spécifiques
  • est centré sur le développement de la carrière

Il faut s’assurer qu’il y a un fit entre les deux personnes. La personne mentorée peut solliciter des personnes qu’elle apprécie comme mentor. Le mentoring nécessite un contrat informel et des objectifs, qu’il faut revisiter régulièrement.

Si la relation se passe bien avec le mentor, ce dernier peut devenir un sponsor.

Pour la recherche d’un mandat, le mentoring peut être utilisé pour valider la démarche de recherche, la construction du projet auprès d’une personne qui a déjà un mandat d’administrateur et lorsque le mandat est trouvé, sur l’organisation des relations plutôt côté logistique avec les autres membres du conseil d’administration.

On a tous, de fait, un mentor ou des mentors, personnes référentes que nous appelons avant de prendre des décisions importantes à tous les niveaux de notre vie personnelle ou professionnelle, des personnes que nous respectons par leur vision. Peut-être sont-ils bien placés pour vous aider ?

3. Le sponsorship ou sponsoring

img2Le sponsor, cadre de haut niveau, use de son influence pour défendre, proposer, vendre le « sponsoré ». C’est une personne qui croit dans la personne qu’elle sponsorise et va lui ouvrir des portes. Elle est bien placée, fait partie de réseaux influents, prend le sponsoré sous son aile, offre de la visibilité, de la protection et, le vante.

Le sponsor appuie vos qualifications, prend le risque en votre nom, et peut vous voir comme un successeur éventuel. Il croit en vous plus que vous.
Conseil: Il vaut mieux avoir plusieurs sponsors
Comment obtenir un sponsor ? Ce n’est pas un cadeau, ça ne se demande pas.

3 tactiques :

  • dépasser les attentes et faire connaitre vos performances : assurer-vous que votre sponsor connait vos réussites
  • être digne de confiance et loyal : son image passe par vous, vous êtes aussi un élément de sa réussite, faites-lui des feed back en privé et soyez aligné avec lui en public
  • déployer une compétence spécifique qui vous rend indispensable, que votre sponsor n’a peut-être pas.

Les hommes se servent plus que les femmes des sponsors : on dit que les femmes sont sous-sponsorées et sur-mentorées. Parfois parce qu’elles ne voient pas l’importance du sponsorship, elles ne veulent pas montrer qu’elles sont trop aidées, elles ne mettent pas toujours en avant leurs réussites et les hommes sont parfois hésitants à sponsorer des femmes.

Dans la recherche de mandat, le sponsoring est la meilleure des façons d’en trouver un. Votre sponsor va parler de vous lorsqu’une de ses relations cherchera un administrateur avec vos compétences, ou même avec d’autres compétences. Il vous fera rencontrer le président, vantera vos mérites et vos réussites.